Votre navigateur ne supporte pas JavaScript!
  • Le développement de L’Agriculture à l’ère du mécanisme mondial pour L’Assurance indicielle

    Selon Mme Fatou Assah, responsable du GIIF, ce programme conjoint entre la Banque Mondiale et la Société Financière Internationale (SFI), financé par l’UE, les Pays Bas et l’Allemagne, est chargé d’apporter des solutions sur la résilience des petits fermiers dans les pays en voie de développement en facilitant l’accès aux crédits et aux financements qui règlent les problèmes de la pluviométrie, les effets néfastes du changement climatique.

    RÉUSSIR BUSINESS
    Invitée à expliquer ce qu’est l’Assurance indicielle, Mme Assah indique que c’est un type d’Assurance différent de l’Assurance agricole traditionnelle de par le fait qu’on s’accorde avec l’agriculteur assuré du niveau de pertes qui peut être causé par la pluviométrie, un fort niveau d’exposition solaire, un faible niveau de rendement à l’hectare. «Si le niveau de rendement n’est pas atteint de ce cas, l’Assurance se déclenche automatiquement et l’assuré est indemnisé au plus tard dans les dix jours. L’idée c’est de donner une Assurance rapide qui puisse également rassurer les IMFs et les banques qui donnent les crédits.
    L’autre satisfaction que nous avons c’est que nous avons pu attirer la BOAD qui a consenti un financement de 2 milliards au Sénégal, un crédit qui a été rétrocédé au CNAAS afin de renforcer ses capacités dans l’optique de couvrir tous les Coton-culteurs. Nous sommes également fiers que le travail abattu sur certains produits locaux, couvre des filières d’exportation» a renseigné Mme Assah. Tout de même, elle reconnait que le programme rencontre certains problèmes, particulièrement pour ce qui est de la sensibilisation fin de faire adhérer les agriculteurs. «Nos principales contraintes sont dues à l’accès aux données, de météo ou de rendement, essentielles pour concevoir des produits d’Assurance agricole. ...

    Lire l'article au complet